Pierre Chavot

Auteur, historien, enseignant.

Parcours migratoire

Arrivée à Bordeaux en 1997.

Quand j’étais à Paris, où je suis né, je pensais que Bordeaux relevait de l’exotisme, une cité d’outre-Loire bercée par son histoire, sa bourgeoisie. Une ville très lointaine. J’étais juste atteint du virus entêtant de la capitale : penser que peu existe en dehors de son enceinte. Et puis je suis arrivé, fin décembre 1997. Bordeaux fut un choc, un vrai. Ses gens, son passé, sa gastronomie, son rugby, sa métamorphose, son avenir aussi, sans cesse réinventé. On la disait figée, impénétrable. Elle est ouverte, nourrie de passages, d’influences, de cultures. J’ai d’ailleurs eu la chance de mieux la découvrir, grâce à mon statut d’écrivain, et d’historien. De la parcourir avec un ami, un vrai homme du crû, comme elle sait en faire, Jean-Pierre Xiradakis qui m’en a dévoilé l’intimité. Puis de raconter nos pérégrinations sensibles dans un livre, Bordeaux l’héritière, chez Féret, un éditeur… bordelais. Nous écrivons même la « suite », prévue très bientôt. Aujourd’hui, et même si j’habite en périphérie (pour le moment), j’aime y aller, enseigner, marcher, découvrir toujours. Bordeaux porte en elle tant de projets possibles, à commencer par un événement culturel qui, à l’instar du grand Sigma, en magnifierait encore la dimension et le prestige. Les acteurs, venus de son sein ou d’ailleurs, sont prêts ! En tant qu’auteur, et professeur, je suis persuadé du formidable potentiel de Bordeaux. Agissons !

Vos bordelais à découvrir

Tout le monde.

Comments are closed.